Dobračina 27 - Beograd
Upozoravamo javnost da postoje pokušaji zloupotrebe…
imena SVETOG VIDA lažnim predstavljanjem od strane drugih ustanova…
Adresa SVETOG VIDA je isključivo Dobračina 27 u Beogradu!
Youtube Youtube Twitter Google +

Le strabisme

Le strabisme (les yeux louches) représente une anomalie de la position des yeux et de la vision binoculaire, c’est-à-dire un handicap moteur et sensoriel. Pratiquement, ça veut dire qu’il s’agit d’une impossibilité de regarder dans une même direction par les deux yeux en même temps, c’est-à-dire que les axes visuels ne sont pas coordonnés en regardant vers le point donné, ce qui empêche le cerveau de former une image unique.

La position normale des yeux s’appelle ortophoria. L’hétérophorie (strabisme latent), c’est une anomalie légère dans la position des axes visuels, qui, grâce à la fusion, prennent une position presque parallèle. Cette anomalie peut être diagnostiquée par les tests spéciaux. Le strabisme évident, manifesté très clairement, s’appelle l’hétérotropie. Il y a plusieurs types de strabisme : congénital, acquis, avec la direction vers le nez ou vers le dehors, en bas ou en haut, sur un seul œil (monoculaire), ou alternatif (les yeux louchent et fixent alternativement), avec le suivi du mouvement de l’œil sain ou avec un retard dans une même position, etc.

Le strabisme est un phénomène assez fréquent, (4-8 %) dont la moitié est malvoyante. Elle peut se présenter à n’importe quel âge, mais le plus souvent chez les enfants ayant moins de 7 ans. L’amblyopie (malvoyance) accompagne le strabisme et elle touche presque la moitié des patients atteints du strabisme. Elle représente la malvoyance, c’est-à-dire l’impossibilité d’obtenir une image nette, claire, sans égard à une bonne puissance des verres correctifs.

Souvent, la raison est la correction précoce ratée, ou une correction mal prescrite, ou une correction problématique à cause d’une très grande différence entre les deux yeux (anisométropie), qui est difficile à corriger par les instruments classiques – les lunettes ou lentilles de contact. Dans cette lutte contre la malvoyance, il faut insister sur une bonne correction de l’erreur de réfraction, et dans des cas où il existe l’anisométropie la méthode choisie est une des procédures réfractives – le laser excimer ou une autre procédure réfractive.

Bien sûr, la vision ne peut pas être ‘créée’, ni par le laser, ni par une n’importe quelle autre procédure, on peut seulement corriger l’erreur de réfraction, et s’il existe un potentiel visuel préservé, l’amblyopie peut être diminuée dans une certaine mesure. L’amblyopie (malvoyance) et le strabisme représentent un grand problème, pour un homme individuel mais aussi pour la société entière (un choix des professions limité, une grande menace des blessures, etc.). Pour pouvoir former une vision binoculaire normale, il faut que l’image créée sur les bandes rétiniennes correspondantes des deux yeux soit aiguë. Une telle image aigue en enfance représente une condition pour un développement normal de la fonction visuelle.

La vue binoculaire est formée à l’âge de trois mois. Pour cela, il faut avoir la forme et la position de l’œil normale, l’appareil réfractif sain, c’est-à-dire un œil sans une erreur, ou avec une erreur de réfraction corrigée, bien et à temps, avec l’anatomie et fonction du muscle oculaire préservés, le système nerveux sain et la fonction préservée des nerfs qui font travailler les muscles oculaires en coordination, le centre pour la vision, qui reçoit et analyse les stimulus visuels, provenant des deux yeux, en formant une image unique.

Si sur un de ces niveaux se présente un défaut en petite enfance, cela provoque une perturbation dans le développement de la vision binoculaire, fonctionnelle. Le œil qui ne fixe pas ‘s’en fuit’, et s’il existe un obstacle sur les deux yeux, cela provoque le développement du nystagmus (des mouvements rapides involontaires des yeux), accompagné d’une malvoyance profonde. Cet obstacle peut être aussi la cataracte congénitale, le glaucome, avec l’endommagement du nerf optique, mais aussi le ptosis couvrant la pupille (la paupière tombante), et les occlusions thérapeutiques de long durée – c’est-à-dire toutes les situations qui empêchent la lumière de pénétrer dans l’œil, en créant l’image sur la rétine, ou provoquent une formation des images différentes sur les deux rétines.

Le strabisme peut se présenter aussi plus tard dans la vie, dans tous les états et maladies de l’œil qui durent plus longtemps – une erreur de réfraction non corrigé, l’opacité de la cornée, la cataracte, les maladies de la rétine et du nerf optique, les endommagements du système nerveux comme une conséquence d’une blessure ou d’une maladie, ou bien une trauma psychique sans une raison organique évidente, etc. Le strabisme convergent (l’œil vers le nez) est plus fréquent chez les enfants, tandis que le strabisme divergent (l’œil vers le dehors) est plus fréquent chez les adultes.

La prévention de l’amblyopie et du strabisme peut être réalisée par le diagnostic précoce, et surtout par la correction de l’erreur de réfraction (hypermétropie, astigmatisme, myopie), ensuite par certains exercices, et l’occlusion contrôlée (fermeture) de l’œil préférentiel afin de stimuler l’œil ‘plus lent’. Peu après un tel traitement, on réalise la correction chirurgicale du strabisme, afin de diminuer ou bien d’éliminer la déviation principale, restée après une correction déjà réalisée. Si la raison de l’amblyopie et du strabisme est un obstacle qui referme l’axe visuel (ptosis, cataracte), on réalise d’abord ‘la libération’ de l’axe visuel, donc l’opération du ptosis ou de la cataracte, et après cela la chirurgie du strabisme. L’opération précoce de la cataracte chez les enfants avec application d’un implant intraoculaire, par lequel on obtient une correction de l’erreur de réfraction, c’est une des conditions essentielles dans la lutte contre la malvoyance et le strabisme.

Les résultats montrent que l’opération de la cataracte chez les enfants accompagnée de l’implantation de la lentille intraoculaire en même temps, corrige la vue beaucoup mieux qu’une correction aphaque, par les lunettes ou les lentilles de contact, et que le degré de la malvoyance est diminué. Lorsque l’axe visuel est libéré par l’opération de la cataracte, et le problème de réfraction est résolu par l’implant, on continue avec le programme des exercices et des traitements occlusifs. Chez les enfants il faut suivre régulièrement le changement de la correction, qui n’est pas trop grande comme aphaque, mais appropriée à la croissance normale physiologique d’un œil.

C’est un bon chemin pour la prévention du strabisme, et s’il existe encore dans un certain degré après l’opération de la cataracte, il faut réaliser un traitement opératoire. Si le strabisme se présente très tôt, avant l’âge de six mois, il faut se préparer pour la chirurgie précoce, avant l’âge de deux ans. S’il se présente plus tard, à l’âge de 2 et 6 ans, il faut aussi insister sur une bonne correction de l’erreur de réfraction (hypermétropie, astigmatisme), et ensuite éliminer par la voie chirurgicale la déviation restée. Plus tard dans la vie, lorsqu’il existe un haut degré de l’amblyopie, l’opération du strabisme a un sens plutôt esthétique que fonctionnel. La vision binoculaire est déjà perdue. Quand il s’agit du strabisme paralytique, il faut faire attention à bien positionner l’œil, par la voie opératoire, afin d’éliminer des images doubles. Le but de la chirurgie du strabisme, c’est de remettre l’œil dans une position appropriée, en déplaçant et en accommodant les muscles. L’opération est réalisée sous anesthésie générale, sans besoin de rester à l’hôpital. L’approche chirurgicale, et le confort anesthésique sont adaptés à l’hospitalisation la plus courte possible, et le rétablissement le plus rapide possible.

A l’hôpital spécialisé SVETI VID le problème du strabisme et de l’amblyopie est envisagé d’une manière complexe, par une approche de l’équipe formée des experts dans le domaine de la chirurgie réfractive et la chirurgie de la cataracte, la chirurgie du strabisme, en coopération avec un neurologue. Ici, dans une seule place, existent des possibilités idéales pour faire opérer la cataracte et en même temps résoudre les problèmes de réfraction, et de réaliser la correction de l’erreur de réfraction au laser, qui d’un côté fait diminuer l’angle du strabisme, et dans certains cas aussi corrige le strabisme même. Une opération additionnelle du strabisme rend l’œil définitivement dans la position normale, ou presque normale.

VIDEO PRILOZI
  • Carte d’identité de l’Hôpital spécialisé Sveti Vid

    Carte d’identité
    de l’Hôpital spécialisé

    The Hospital is situated in the very center of Belgrade, in Dobracina Street No. 27, near the Republic Square and the National Theatre.
    +381 (11) 328 37 37
    +381 (11) 328 33 87

    L’Hôpital...+

  • Milan 2013.

    Milan 2013. Le premier prix dans le monde pour l'opération de la cataracte binoculaire.

    Les prix...+

  • LE PREMIER PRIX DANS LE MONDE
    A ÉTÉ ATTRIBUÉ À L'HÔPITAL SVETI VID

    la qualité de la chirurgie et la contribution au développement de l’ophtalmologie moderne EYE ADVANCE.

    Les prix...+

  • Les histoires des patients

    Les histoires des patients

    Ce qui estle plus précieuxdansnotre travail, cesontnospatients très contents. Voilà seulementquelqueshistoiresparmi beaucoup d’autres, qui témoignent d’un changement du destin de ces patients, grâce à l’HôpitalspécialiséSvetiVid.

    Video...+

  • L’ophtalmologie de l’enfant

    L’ophtalmologie de l’enfant

    Le professeur de l’ophtalmologie et le directeur de la clinique ophtalmologique de l’enfant à l’Université de Masaryk, Brno, République Tchèque.

    L’ophtalmologie de l’enfant...+